• CHEZ MOI....

    CHEZ MOI....

     

    Le Temps s'y fige par instants

    Nostalgies douces et sans Tourments

    Des visions de ma Mémoire d'antan

    Qui ne gémissent plus autant

    C'est l'importance des Souvenirs....

     

    C'est parfois des Pensées Troubles

    Des questions dansent des Larmes coulent

    Les Plaintes se consument aux volutes et s'envolent

    Les Mots s'apaisent soulagent s'entendent

    C'est l'Empreinte Essentielle des Mots...

     

    C'est des Remords quand l'Ame se tord

    Le regard en demande se pose alors

    Sur le Canal , Reflet de mon Décor

    Emerveillé d'un Soleil rouge et or

    C'est l'Inévitable Quête de la Vérité....

     

    C'est aussi des Attentes Sages et des Silences

    Le plaisir des Retrouvailles , des Confidences

    A la douceur tamisée des lampes, des Espérances

    c'est de l'Amour , de l'Affection , c'est Tendre et Dense

    C'est la Grâce des Sentiments Inaltérables......

     

    Chez Moi c'est un Endroit qui me Va....

    Et l'Ange Veille...

     

    Betty...Harmony

     

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 21 Mars 2015 à 22:14

    ... Un très beau texte, sincèrement, 

    Douce soirée à toi, 

    2
    Lundi 23 Mars 2015 à 17:07

    Bonjour Betty,

    Je reviens de chez un ami commun, et ayant vu ton commentaire, je suis passée te faire un petit coucou. Contente de te voir revenue avec des mots toujours aussi forts, des éternelles questions... c'est si bien écrit.

    Très bonne soirée à toi.

    Je t'embrasse

    Prima

    3
    popopopo
    Lundi 23 Mars 2015 à 17:15

    quel gaspillage


    tu n'écrivais plus


    et moi tj amoureux de ton mystère


    me morfondais


    pensif


    ne pouvant t'oublier


    Alors popo était tombé


    ds les aléas de l'histoire


    comme une chimère étonnée


    Il se chinoisait, vois-tu !


    4
    Lundi 23 Mars 2015 à 17:20

    Merci d'être là encore et toujours ...

    5
    elena800
    Mardi 24 Mars 2015 à 04:14

    Bonjour, je suis heureuse de te revoir parmi nous. Ton poème est très fort et je te reconnais dans ces mots qui expriment douleur et recherche ! Bisous et bon mardi

    6
    Mardi 24 Mars 2015 à 08:43

    <style type="text/css">

    </style>

    Bonjour Betty,

     

     

     

    Comme chacun et tout le monde,

     

    J'ai rejoint l'infernale ronde.

     

    Non,celle hypnotique, abrutie

     

    Par les bureaux ou les trois-huit.

     

    Mais celle encore pire de l'errance

     

    Sans le sou, car sans une chance

     

    D'un travail donc point de salut,

     

    L'hostilité de tous en plus.

     

    L'âge est-il à ce point immonde

     

    Qu'à soixante vous ignore le monde ?

     

     

     

     

    J'ai regrets du temps de l'Eden.

     

    A vec Erato notre hymen

     

    Etait doux et fécond et puis

     

    J'avais de bien charmants amis.

     

    Betty, sûr aussi vous en êtes

     

    De ces têtes en l'air de poêtes !

     

    Votre âme est la souce d'une eau

     

    Riche et scintillante de mots

     

    Tels des pépites et vos rimes

     

    L'émotion pure et intime.

     

    MERCI !

     

     

    7
    Mardi 24 Mars 2015 à 09:31

    Oui ce Monde est immonde et je suis aussi nostalgique maladivement de l'avant et je m'accroche Jean ...

    Je suis là si tu veux .....

    8
    Mercredi 25 Mars 2015 à 01:00
    <style type="text/css"></style>

    BETTY

     

    Peux tu me pardonner si je t'ai effrayée

    Ce qui m'arrive n'est ce qui est mérité.

    Je suis lent à apprendre ainsi qu'excuter,

    Depuis toujours je n'ai jamais su travailler.

     

    Mais flâner, mais rêver , je sais parfaitement !

    Mon père était un doux, ma mère est la plus tendre

    Des deux, mes frères et sœur savaient se faire entendre.

    Craintif, la lecture était mon ravissement.

     

    A la traîne des aînés que je suivais

    J'ai grandi sans efforts, puis cette fille aimée

    Et nos deux enfants, Ô famille reformée

    qui fut un refuge doux, hélas je rêvais !

     

     

    Nous divorçames puis je retounai chez ma mère,

    Seul ...J'ai trainé neuf ans, enfin miracle en somme,

    J'ai retrouvé là mon premier flirt de jeune homme,

    Après trente cinq ans, notre fougue fut primaire.

     

    Depuis cinq ans je vis avec ma tourterelle,

    Dans son nid plus de couvée, nous sommes l'un à l'autre.

    Chérie, plus rien de mon côté et peu du vôtre :

    Parents et amis éloignés, quelle perte cruelle !

     

    Car l'amour et l'eau fraiche ne sauraient suffire ;

    Le nid est tissé de dettes et frais communs

    Que ma chérie honore du travail de ses mains

    Moi, je n'apporte rien ou bien peu il faut dire.

     

    Sans travail ni relation amicale, j'ai peur

    De cet isolement du à ma pauvreté.

    Mon amitié ainsi que ma fraternité

    Soumis aux péages des chevaux-vapeurs !

     

    Vrai j'ai la santé, vrai j'ai de l'amour et voit,

    Betty, même la muse est revenue, bonsoir !

    Alors douce amie, j'ai eu plaisir en ce soir

    De ta présence qui restera auprès de moi.

     

    MILLE FOIS MERCI !!!

    9
    Mercredi 25 Mars 2015 à 10:00

    Dans ce Monde Immonde il doit bien y avoir un Mystère pour que chacun ait envie de participer à ce Chaos Magnifique ...

    10
    popopopo
    Dimanche 5 Avril 2015 à 12:47

    toujours inquiète du mystère du monde ?


    il nous faut l'accepter tel que


    sans vouloir de solution définitive


    comme si le mystère était son habit de lumière !


    tu diras pénombre pluto


    moi te dirais que sans l'ombre on n'apprécie pos le soleil


    contraste  contrejour ...  mais c'est le jour qui apparaît alors .


    ce matin j'ai ouvert mes volets


    la clarté  les tulipes  les primevères,,


    lors une fois encore j'ai remercié le Ciel


    de sa création...


    je sais que certains diront : tousseul ssasséfait


    moi ne peut adhérer à cette idée dite positive,


    tu sais pourquoi ?


    pasque le Beau me remplit de compassion


    Tu diras, c'est ton caractère ?


    te répondrais :


    mais dieu est ds les petites fleurs tu sais


    et mm j'ajoute ma chérie .


    Alors je t'offre un collier de mes primevères


    pour t'en faire parure de pardon à la souffrance


    guy

    11
    Dimanche 5 Avril 2015 à 12:57

    Puisses tu être entendu par l'Univers dirons nous ....Merci pour tes fleurs et tes Mots et TOI....Hardi Chevalier

    bravant mille obstacles pour venir réconforter une Dame en souffrance du Monde....

    12
    popopopo
    Vendredi 17 Avril 2015 à 17:00

    je t'ai retrouvée sur google  à   B  H  EKLABLOG


    ET JE REVIENS A TON HUIS


    JE FRAPPE TU M'OUVRES


    TU SOURIS


    J'AI REUSSI


    T'AI REDONNE DE LA LUMIERE


    MOI L'ORPHELIN DU SOLEIL


    MESSAGER DE CLARTE


    QUEL PARADOXE


    ET TOI TJ EN PENOMBRE


    SANS TE CACHER toutefois comme hier


    pour panser ton mal de vivre


    mes hommages ma dame 


    suis ton fidèle chevalier


    merci de passer....



     


     


     


     

    13
    Vendredi 17 Avril 2015 à 17:51

    Il me plait à croire Cher Ami et.... mot pesé , que les Chevaliers existent .....

    14
    popopopo
    Mardi 28 Avril 2015 à 18:23

    mercy de passer svt chez popopopo  


    un vieux chevalier sans belle monture mais beau jardin  


    surtout par cette saison, où mon lilas pourpre avec le mauve et le blanc  


    explose ses couleurs !


    tiens je t'en offre un bouquet


     



    et en profite pour t'embrasser...

    15
    popopopo
    Mardi 23 Juin 2015 à 11:30

    En une musique floue et profonde et tendre et gris perle et si triste....


    POURQUOI ? 


    Tu viens de l'inconnu, repars vers le mystère,


    ta présence si courte est rayon d'amour INFINI.....


    https://youtu.be/cRRazLk188A

    16
    Lundi 27 Juillet 2015 à 19:44

    très joli blog !! bonne continuation 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :